ambivalence

ambivalence

ambivalence [ ɑ̃bivalɑ̃s ] n. f.
• 1911; all. Ambivalenz, du lat. ambo « tous les deux » et valence
1Psychol. Caractère de ce qui comporte deux composantes de sens contraire. Ambivalence affective : état de conscience comportant des dispositions affectives contraires. « Le sentiment du chez soi garde une ambivalence profonde » (Mounier).
2(1936) Caractère de ce qui se présente sous deux aspects cumulatifs, sans qu'il y ait nécessairement opposition. « L'ambivalence de l'histoire » (Maritain). L'ambivalence d'une attitude.

ambivalence nom féminin (allemand Ambivalenz) Caractère de ce qui peut avoir deux sens, recevoir deux interprétations : L'ambivalence des rêves. Caractère de quelqu'un qui présente ou manifeste des comportements, des goûts contradictoires ou opposés. Tendance à éprouver ou à manifester simultanément deux sentiments opposés à l'égard d'un même objet : amour et haine, joie et tristesse, etc.

ambivalence
n. f.
d1./d PSYCHO Existence simultanée de deux sentiments opposés à propos de la même représentation mentale, un des symptômes de la schizophrénie.
d2./d Caractère de ce qui présente une dualité de valeurs, de sens, d'aspects.

⇒AMBIVALENCE, subst. fém.
Caractère de ce qui présente deux valeurs, deux composantes, opposées ou non. Synon. dualité.
A.— Domaine de la psychol. Disposition à la simultanéité de deux sentiments ou de deux comportements opposés :
1. On ne saurait exagérer l'importance de cette notion [celle de la dualité de l'individu] qui a connu au lendemain de la guerre une fortune psychologique inouïe. Chez Dostoïevski, devenu à la mode, c'était l'ambivalence des sentiments, la présentation de héros capables de tout le mal et de tout le bien, le divorce entre les actes commis et la nature de celui qui les avait commis qui accaparait l'attention.
Arts et littératures dans la société contemporaine, t. 2, 1936, p. 3008.
2. Dans l'univers du songe, la nuit la plus terrifiante et les lumières les plus pures, l'archange et le monstre se révèlent à l'homme, et cette ambivalence de la vision est l'une des données essentielles de l'expérience de Hugo. Toute extase est à la fois divine et périlleuse, elle ouvre les portes des profondeurs où dorment les larves, comme de l'infini vers quoi s'élève l'« ascension bleue ».
A. BÉGUIN, L'Âme romantique et le rêve, 1939, pp. 372-373.
3. ... les contradictions du caractère offrent (...) à l'observation, sinon toujours une explication, du moins un minimum de netteté dans le dessin. Mais cette contradiction ramassée et indistincte qu'est l'ambivalence? Depuis que Bleuler a donné à l'ambivalence droit de cité, depuis que le freudisme a cru trouver dans l'ambivalence affective de l'enfant, et notamment dans son ambivalence sexuelle au premier âge, la racine de toutes les ambivalences postérieures, la psychologie la fait lever de tous côtés.
E. MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 64.
4. ... la femme n'incarne aucun concept figé; à travers elle s'accomplit sans trève le passage de l'espoir à l'échec, de la haine à l'amour, du bien au mal, du mal au bien. Sous quelque aspect qu'on la considère, c'est cette ambivalence qui frappe d'abord.
S. DE BEAUVOIR, Le Deuxième sexe, 1949, p. 237.
Rem. ,,Se distingue de l'ambiguïté, qui concerne l'interprétation des faits et non les faits eux-mêmes; de la bivalence et de la polyvalence, qui n'impliquent ni la simultanéité, ni l'opposition essentielles à l'ambivalence.`` (FOULQ.-ST-JEAN 1962).
B.— P. ext. Caractère de ce qui peut affecter deux formes, servir à deux usages, recevoir deux interprétations. Synon. ambiguïté :
5. ... une certaine correspondance s'établit entre l'action volontaire et les relations objectives de causalité; cette correspondance, sur laquelle nous reviendrons longuement, justifie l'ambivalence de la terminologie. Mais cette ambivalence est devenue confusion; les mots action, efficacité, force, dynamisme, sont chargés désormais d'équivoque : le règne de la subjectivité et le règne de l'objectivité se contaminent mutuellement et ainsi la physique se charge d'anthropomorphisme.
P. RICŒUR, Philosophie de la volonté, 1949, pp. 193-194.
6. ... certains médecins tenaient à honneur de rester chirurgiens. Récamier, au début du XIXe siècle, fut un des derniers témoins de cette ambivalence. Après lui, dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première du XXe, il ne pouvait plus être question qu'un même homme exerçât les deux disciplines. La chirurgie avait gagné ses lettres de grande noblesse et de souveraine indépendance.
M. BARIÉTY, Ch. COURY, Hist. de la médecine, 1963, p. 786.
7. L'ambiguïté des origines des institutions présentes explique le caractère mixte du régime et l'ambivalence de ses possibilités.
G. BELORGEY, Le Gouvernement et l'administration de la France, 1967, p. 31.
Rem. Attesté ds Lar. encyclop. et QUILLET 1965.
Prononc. :[].
Étymol. ET HIST. — 1. a) 1911 psychol. et psychanal. « caractère de ce qui comporte deux composantes opposées » (Ch. LADAME, cr. ds Revue neurologique, t. 22, vol. 2, 1911, pp. 125-126 de BLEULER, Zur Theorie des Schizophrenen Negativismus, -Zurich-, Psych. neurol. Wochensch. nos 18, 19, 20, 21, p. 171, 184, 189, 195, 1910 : Le négativisme est un symptôme compliqué [...] D'après Bleuler les causes [...] sont : [...] L'ambivalence qui, à la même idée, réveille deux émotions opposées et à la même pensée, deux pensées de force opposée); b) 1924 (S. FREUD trad. en fr. par S. JANKÉLÉVITCH, Totem et Tabou, Paris, Payot, chap. II : Le tabou et l'ambivalence des sentiments, p. 55 : Si donc il nous était possible de découvrir la même ambivalence, le même conflit entre deux tendances opposées dans les prescriptions tabou); 2. 1936 p. ext. « caractère de ce qui se présente sous deux aspects » (J. MARITAIN, Humanisme intégral, p. 121 : [...] ce que nous avons dit de l'ambivalence fatale de l'histoire temporelle).
Empr. à l'all. Ambivalenz, lui-même formé de l'élément préf. d'orig. lat. ambi « tous les deux » et du lat. valentia « puissance, valeur ». Ce terme all. semble avoir été introduit dans le lang. de la psychanal. par le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) dès 1910 (E. BLEULER, Vortrag über Ambivalenz ds Zentralblatt für Psychoanalyse, 1, 266 d'apr. LAPL.-PONT. 1967, p. 21, note 1) et a été largement employé par S. FREUD (Zur Dynamik der Übertragung, 1912 etc. d'apr. LAPL.-PONT. 1967; Totem und Tabu, 1912).
STAT. — Fréq. abs. litt. :57.
BBG. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — GARNIER-DEL. 1961 [1958]. — JULIA 1964. — LAFON 1963. — LAL. 1968. — LAPL.-PONT. 1967. — MOOR 1966. — MUCCH. Psychol. 1969. — PIÉRON 1963. — POROT 1960. — Psychol. 1969. — SILL. 1965.

ambivalence [ɑ̃bivalɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1911; all. Ambivalenz, du lat. ambo- « tous les deux », et valentia « puissance, valeur ».
1 (1911). Psychol., psychiatrie, psychan. Caractère de ce qui comporte deux composantes de sens contraire. || Ambivalence affective : état de conscience comportant des dispositions affectives contraires. || Son ambivalence entraîne un comportement ambigu ( Ambiguïté).
1 La commodité de la vie du lendemain telle qu'elle était préalablement définie, le souci de ne pas avoir à attenter à l'existence morale de l'être irréprochable qui avait vécu les jours précédents auprès de moi, joints à la nouveauté et au caractère irrésistible de l'attrait que je subissais (« le pour et le contre ») me maintenaient dans un état d'ambivalence des plus pénibles.
A. Breton, l'Amour fou, IV, p. 85.
2 Entre elle et son mari, des scènes éclataient (…) Elle avait beaucoup de rancune à son égard, mais il l'attirait : comment ressentait-elle cette ambivalence (…)
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, I, III.
2 (1936). Caractère de ce qui se présente sous deux aspects, sans qu'il y ait nécessairement opposition (mais généralement, avec ambiguïté).
3 L'ambivalence de l'histoire peut être constatée dans le développement de l'Empire romain.
Jacques Maritain, Pour une philosophie de l'histoire, p. 67.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ambivalence — is a state of having simultaneous, conflicting feelings toward a person or thing.[1] Stated another way, ambivalence is the experience of having thoughts and/or emotions of both positive and negative valence toward someone or something. A common… …   Wikipedia

  • ambivalence — ambivalence, ambivalency ambivalency . 1. mixed feelings or emotions; uncertainty or vacillation in making a choice. [WordNet 1.5 +PJC] 2. (Psychol.) the simultaneous existence within a person of both positive and negative feelings toward another …   The Collaborative International Dictionary of English

  • ambivalence — noun dubiety, dubitancy, equivocalness, hesitation, incertitude, indecision, indecisiveness, indeterminacy, indetermination, irresoluteness, irresolution, mental reservation, prevarication, uncertainty, undecidedness, undetermination, vacillation …   Law dictionary

  • ambivalence — (n.) simultaneous conflicting feelings, 1924 (1912 as ambivalency), from Ger. Ambivalenz, coined 1910 by Swiss psychologist Eugen Bleuler (1857 1939) on model of Ger. Equivalenz equivalence, etc., from L. ambi both (see AMBI (Cf. ambi )) +… …   Etymology dictionary

  • ambivalence — [n] equivocation confusion dilemma, doubt, fluctuation, haze, hesitancy, hesitation, iffiness*, inconclusiveness, indecision, irresoluteness, muddle, quandary, tentativeness, uncertainty, unsureness; concept 564 Ant. certainty, decisiveness …   New thesaurus

  • ambivalence — [am biv′ə ləns] n. [ AMBI + VALENCE] simultaneous conflicting feelings toward a person or thing, as love and hate: also Chiefly Brit. ambivalency ambivalent adj. ambivalently adv …   English World dictionary

  • ambivalence —    by Marc Schuster   Ambivalence is a slippery term whose definition and significance has shifted throughout Baudrillard s career. One constant, however, is that ambivalence always calls into question the legitimacy of value. For Baudrillard,… …   The Baudrillard dictionary

  • ambivalence — noun ADJECTIVE ▪ deep, profound ▪ She feels a profound ambivalence about her origins. ▪ moral, sexual VERB + AMBIVALENCE ▪ fe …   Collocations dictionary

  • Ambivalence — Le terme ambivalence a été introduit en 1910 par Eugen Bleuler pour caractériser un aspect de l état psychique des schizophrènes. Il a été repris par Sigmund Freud dans une acception différente: il s agit de la juxtaposition plus ou moins… …   Wikipédia en Français

  • ambivalence — The coexistence of antithetical attitudes or emotions toward a given person or thing, or idea, as in the simultaneous feeling and expression of love and hate toward the same person. [ambi + L. valentia, strength] * * * am·biv·a·lence am biv ə… …   Medical dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”